dimanche 30 mai 2010

Dans l'intimité des transsexuels philippins



C'est l'histoire d'un pays d'apparence si tolérant, et de gais transsexuels, excentriques et dévergondés, déambulant en plein jour dans les rues de Manille, et qui impriment la rétine de l'étranger qui les croisent. Mais c'est surtout l'histoire d'une contradiction qui nait comme toujours au coeur de l'histoire de cet archipel, entre ses différentes origines conflitcuelles : une culture païenne et polithéiste, ouverte aux formes humaines différentes, qui consacrait les transsexuels comme des demi-dieux, et qui doit s'arranger avec cette religion catholique venue de si loin. Et qui est si éloignée de cette tolérance.

Et aujourd'hui, cela met les transsexuels philippins dans une position inconfortable : admis dans les comedy bars et les salons de beauté, dans les shows télévisés pour en faire rire le plus grand nombre, ils sont cependant interdits de toute reconnaissance officielle. Changement de sexe, soutien médical, ou pire, protection judiciaire contre le viol, par exemple. Tout cela leur est nié, car ils ne se conforment pas à l'image chrétienne et traditionnelle de l'homme, ou de la femme.

Je vous invite à lire cette enquête sur les différentes facettes de la vie de ces transsexuels philippins, que nous avons publiée dans Paris Match, avec le photographe Romain Rivierre.

En aparté, je vous recommande grandement ce discours prononcé devant l'ONU par l'une des personnes que j'ai interrogée, Sass Rogando. Un discours poignant.

2 commentaires:

Anonyme a dit…

Merci pour cet article, j'ai peu eu l'occasion de lire sur ce sujet. Aurais-tu des références biblio sur la culture païenne et polithéiste des Philippines? Merci!

Sébastien a dit…

Bonjour,
je fais référence dans l'article aux tolérances homosexuelles dans la société préhispanique, qui sont expliquées par Neil Garcia, et d'autres études, que vous pouvez retrouver par ce lien : http://gss.revues.org/index402.html